vendredi, 1er juillet 2022|

1 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

L’homme qui n’aimait plus les chats

Version imprimable de cet article Version imprimable

Le meilleur livre que j’ai lu depuis des années. Un livre pour temps de lutte et de grève.

C’est poétique, il y a du vent, une île, un phare, des gens vivants. Le gardien du phare, le professeur, la maîtresse d’école, le curé, les mouettes...

On venait ici trouver refuge, on fuyait le continent parce qu’on n’y arrivait plus, qu’on cherchait un mieux-vivre, un mieux-être, ou pas forcément mieux d’ailleurs. On voulait trouver une manière d’être comme soi, tout simplement.

Et dans cette île, il y a des chats, ces animaux qui n’en font qu’à leur tête, dont la vertu première n’est pas l’obéissance.

Les chats, je les aime parce qu’ils ne nous sont pas soumis. Ils viennent parce qu’ils le veulent, non par habitude, ou de ne pas savoir où aller.

Matin brun* nous racontait les chiens, ce livre-là nous raconte d’abord les chats.
Puis, ils ont disparu, sans qu’on s’en aperçoive vraiment d’ailleurs...

C’est le problème avec les chats, ils sont tellement libres qu’on a mis du temps à remarquer leur absence, ou que leur nombre diminuait doucement.

Alors, les autorités du continent les remplacent par des chiens.

Les dirigeants avaient vite compris que pour asservir les gens aujourd’hui, il ne fallait plus la force, il fallait créer le manque et le besoin.

Ces chiens, il faut maintenant les appeler des chats. Et que se passe-t-il quand on appelle un chien, un chat ? Quand le sens des mots est détourné ? Ça devient très politique. Certains îliens pensent que nommer ces bêtes chien ou chat, ça n’a pas de conséquences. D’autres résistent, des hommes et des femmes qui ne sont pas disposés à se laisser faire.

Ce mot était sorti. Des "non-chiens". Je ne l’oublierai pas ce mot.

Un livre optimiste, qui vous raconte comment le malaise se transforme peu à peu ; comment le non consentement se construit, se diffuse. Un livre qui vous donne de la force, du sourire, de l’enthousiasme.

128 pages de bonheur et de conscientisation à offrir pour Noël en toute confiance.

L’homme qui n’aimait plus les chats – Isabelle Aupy – Les éditions du Panseur – 12,50€ / ISBN 978-2-490834-00-6

C’est une langue étrange ça, le convaincu, une langue à sens unique faite des mêmes mots que nous, mais un peu différente : elle ne connaît pas les points d’interrogation.

===============

* Matin brun de Franck Pavloff, 12 pages ; Cheyne éditeur, mai 2002 ; 2,50€ / ISBN-10 : 2841160297

L’État Brun interdit la possession de chiens ou de chats non bruns. Puis, un nouveau décret impose l’arrestation de tous ceux qui auraient eu un animal non brun dans le passé. Une dystopie qui montre l’effet des petites compromissions successives.
Si vous ne l’avez pas lu, courrez chez votre libraire.

Par mesure de précaution, on avait pris l’habitude de rajouter brun ou brune à la fin des phrases ou après les mots. Au début, demander un pastis brun, ça nous avait fait drôle, puis après tout, le langage c’est fait pour évoluer et ce n’était pas plus étrange de donner dans le brun, que de rajouter putain con, à tout bout de champ, comme on le fait par chez nous. Au moins, on était bien vus et on était tranquilles.

On aurait dû dire non. Résister davantage, mais comment ? Ça va si vite, il y a le boulot, les soucis de tous les jours. Les autres aussi baissent les bras pour être un peu tranquilles, non ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1592