dimanche, 14 août 2022|

0 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

PISA 2012 : les inégalités se creusent

Version imprimable de cet article Version imprimable   1 commentaire(s)

PISA est arrivé, sans surprises, avec pour la France des scores moyens et guère changés depuis 2003, des résultats qui pourtant ne masquent pas l’écart aggravé entre les élèves très performants et les élèves peu performants.
Le constat reste identique à 2003, notre école est performante… pour les bons élèves.

La France se situe dans la moyenne des pays consultés, il y a mieux et moins bien ! Ces comparaisons entre pays n’éclairent guère, c’est comme en classe, que veut dire être moins bon ou meilleur que son camarade ? Je peux être très forte en maths et pourtant avoir des résultats moins bons que lui, je peux être meilleure en anglais et pourtant pas très performante…

Ce qui est intéressant dans la lecture de ce rapport ce sont les focales mises par l’OCDE sur les spécificités de notre école pour faire réfléchir nos experts de l’éducation, entre autres :
- en mathématiques, il y a autant d’élèves très performants qu’en 2003, mais plus d’élèves en difficulté ;
- en compréhension de l’écrit, il y a plus d’élèves très performants (mais plus de filles), mais la proportion d’élèves peu performants a augmenté d’autant (mais avec plus de garçons) ;
- le système est plus inégalitaire qu’en 2003, les inégalités sociales se sont aggravées.

Selon PISA, pour réussir à l’école, il faut mieux pour un enfant :
- naître dans un milieu favorisé
- ne pas être issu de l’immigration
- être préscolarisé le tôt plus possible
- être un garçon pour être performant en mathématique
- être une fille pour mieux comprendre l’écrit
- être performant, car il le deviendra encore plus
- être motivé et avoir confiance dans ses compétences
- se sentir chez soi à l’école et bien à sa place
- ne pas être anxieux et ne pas avoir peur de se tromper
- ne pas redoubler
- ne pas être orienté précocement
- recevoir la même instruction et avoir les mêmes programmes que tous ses camarades
- penser qu’il ne perd pas son temps à l’école
- pouvoir donner son avis sur les cours, les enseignants, les ressources
- avoir des enseignants valorisés et qui s’entraident

De quoi inspirer nos spécialistes !
Et bien sûr tout ce que ne dit pas PISA et que les militants pédagogiques leur soufflent inlassablement : les programmes, les principes et les pratiques pédagogiques, la formation des enseignants, les temps et les espaces éducatifs, la co-éducation… et le TOUT dans l’intérêt de l’enfant. Mais là, ce ne serait plus une refondation, mais une révolution !

1 Message

  • PISA 2012 : les inégalités se creusent 6 décembre 2013 21:14, par Chopart Christian

    PISA ici PISA là , PIS à côté.....
    Ma position sur l’évaluation des personnes :
    Voir—> "Pour une alternative à l’évaluation ambiante"

    Il y a un principe de réalité sur l’évaluation comme sur les pesticides.
    L’évaluation des personnes (surtout des enfants) existe bien qu’elle soit néfaste pour le développement de l’être humain.
    Les pesticides sont utilisés bien qu’ils soient néfastes pour beaucoup d’êtres vivants et pas seulement les "vilaines bébêtes".

    La question est : comment lutter contre ces fléaux bien qu’ils existent.

    On évalue les objets , on valorise les sujets. Évalué le sujet devient objet pour l’évaluateur sujet qui à son tour peut devenir l’objet d’un autre évaluateur....

    L’enfant comme l’adulte a besoin d’être reconnu et valorisé par son travail.

    Mais, l’évaluation n’est pas utile pour cette reconnaissance,
    elle est utile pour l’évaluateur.
    Et cela à tous les niveaux. Tout en haut de la hiérarchie, le ministre a besoin de données pour conduire sa politique. Mais, pourquoi évaluer les personnes ? Ces données nécessaires aux ministre n’existent elles pas ailleurs , fournies par les sociologues ?

    L’évaluation est, au mieux, un compromis, par rapport aux normes et aux savoirs attendus,
    éphémère , et qui ne doit pas laisser de traces informatiques.
    Ce qui est nocif pour la personne , ce n’est pas tant un avis donné sur une action accomplie ; note, lettre, dessin, icone, grille, aussitôt l’acte accompli, dans l’heure, la journée au plus.
    Ce qui est grave et dangereux pour l’intégrité psychique de la personne, c’est la pérennité de la trace de cet avis (quel qu’il soit).

    Cette trace, écrite, gravée, numérisée, peut durer très longtemps et masquer ou remplacer l’oeuvre de cette personne. (voir texte sur le fichage sur ce blog)

    Voir en ligne : http://sekejandi.blogspot.fr/

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1592